VENTES PRIVÉES | DU 12 AU 19 JUIN | JUSQU'A -40% SUR UNE SÉLECTION D'ARTICLES | UTILISEZ LE CODE AMHA15CL POUR OBTENIR 15% DE REMISE SUR TOUT LE SITE* | +5% CASHBACK

Le premier diamant : histoires derrière les bagues de fiançailles vintage

- Catégories : Connaître ses bijoux Rss feed

Parmi toutes les pierres précieuses, les diamants sont incontestablement les plus prisés, notamment pour orner les bijoux.

Depuis leur découverte, ces gemmes ont captivé l'admiration des élites et des plus puissants, qui les ont arborées pour symboliser le pouvoir et l’invincibilité.

D'autre part, le mariage est l'objectif de nombreux individus sur terre. Considéré comme le jour le plus important et le plus heureux de la vie, rien ne semble plus pur qu'un diamant ornant une bague de fiançailles.

Comment sont créés les diamants ?

Le diamant, matière la plus dure que l'homme connaisse, tire son nom du grec "adamas", signifiant l'incassable, l'invincible, évoquant ainsi sa robustesse inégalée. Pourtant, sa composition chimique est remarquablement simple, étant constituée de carbone cristallisé. C'est un cristal de carbone pur qui lui confère ses qualités exceptionnelles de brillance et de dureté, mais aussi sa rareté.

La formation du diamant se produit à plus de 150 kilomètres sous la surface terrestre, dans des conditions extrêmes de température et de pression. Sous cette chaleur et cette pression intenses, le carbone liquide présent sous l'écorce terrestre cristallise pour former les cristaux caractéristiques des diamants. Après leur formation, ces gemmes restent enfouies dans la roche jusqu'à ce que des activités volcaniques les propulsent vers la surface de la Terre.

Les scientifiques estiment que les premiers diamants se sont formés il y a plus de 3,5 milliards d'années, avec d'autres pierres précieuses qui ont commencé à se créer naturellement en Afrique du Sud environ 500 millions d'années plus tard. Cependant, les premières traces de mines de Kimberlite, également connue sous le nom de "roche mère du diamant", remontent à environ 1 milliard d'années avant notre ère. Il faudra encore plusieurs millions d'années avant que les premiers diamants ne surgissent à la surface de la terre, vers 100 millions d'années avant J.C., avec l'apparition des premières éruptions de Kimberlite.

Quelle est l’histoire du diamant ?

Les experts s'accordent à dire que les origines du diamant se situent entre 2 500 et 1 700 avant JC, période à laquelle les diamants ont été découverts pour la première fois dans la région de Golconde, entre les rivières Godavari et Krishna, en Inde.

Historiquement, les premiers diamants indiens auraient été introduits en Europe par Alexandre le Grand en 327 avant JC, ouvrant la porte au commerce entre l’Europe et l’Est. Le commerce de cette pierre précieuse s’est d’abord répandu dans toute l’Europe, puis dans le monde entier.

Au départ, le diamant était principalement utilisé pour fabriquer des objets ou tailler d’autres pierres précieuses, telles que le rubis ou le saphir. En effet, sa renommée ne résidait pas tant dans sa beauté que dans sa résistance exceptionnelle, étant considéré comme le minéral le plus solide connu de l'Homme. C'est pourquoi son usage initial ne se concentrait pas sur son aspect esthétique, mais sur sa robustesse. Le terme "diamant" lui-même tire ses origines du grec "adamas", signifiant invincible ou indestructible, traduit plus tard par "diamas".

Pour les anciens Grecs, les diamants représentaient les larmes des dieux ou les fragments d'étoiles tombés sur Terre. Au fil du temps, de nombreuses cultures ont attribué au diamant un caractère sacré, le considérant comme un symbole de pureté, d’éternité et de protection contre les forces du mal. Ainsi, les diamants étaient utilisés pour orner des objets religieux, les diamants étaient également associés à des pouvoirs protecteurs et étaient souvent portés comme porte-bonheur. Dans les textes sacrés bouddhistes, les diamants revêtaient également une forte valeur symbolique. Considéré comme un talisman d’ascendance divine, le diamant était alors porté à l’état brut, sans coupe ni polissage, dans sa forme la plus naturelle, par crainte qu’il perde de son pouvoir sacré.  

En 1074, les têtes couronnées européennes ont commencé à utiliser le diamant pour embellir leurs bijoux et afficher leur richesse, déclenchant ainsi une compétition pour la possession des joyaux les plus somptueux.

Ce n’est qu’environ trois siècles plus tard, vers 1330, qu’à Venise on amorça le développement du polissage des facettes des diamants, et c’est en 1479 que le joaillier flamand Lodewyk van Berken inventa la roue à polir, révolutionnant ainsi le travail de la pierre précieuse.

Jusqu'au XVᵉ siècle en Europe, seuls les monarques avaient le privilège de porter des diamants, les réservant principalement aux bijoux masculins. Cependant, en 1477, la princesse Marie de Bourgogne marqua l'histoire en devenant la première femme à arborer un diamant, lorsque l’Archiduc Maximilien d’Autriche lui offrit une bague de fiançailles montée d’un tel joyau.

Cette bague devint emblématique du symbole de l'amour éternel entre deux personnes, notamment avec le concept de la bague « solitaire », mettant en valeur un unique diamant, souvent incolore.

Vers 1530, le roi de France, François 1er, amorça l'importation de diamants depuis l’Inde, qui était alors la principale source du marché diamantaire. Cette initiative marqua le début d'un inventaire des joyaux de la couronne française, qui comptait à l'époque huit somptueux bijoux. Au XVIIIᵉ siècle, sous les règnes de Louis XIV et Louis XV, cet inventaire s'enrichit, faisant du trésor de la couronne française la plus belle collection de diamants en Europe.

Jusqu’en 1700, les diamants de l’Inde étaient les seuls connus dans le monde, mais avec l'épuisement des gisements indiens, une nouvelle quête débuta. Les Grandes Découvertes, initiées au XVᵉ siècle, révélèrent des gisements en Amérique Latine, notamment au Brésil vers 1725. Cette découverte déclencha une intense « ruée vers le diamant », alors que de nouveaux territoires étaient explorés à la recherche de ces précieuses gemmes.

Avec la découverte de nouveaux gisements de diamants, le marché fut inondé et les prix chutèrent. Cette abondance incita à repenser l'utilisation du diamant, notamment dans les milieux de la mode et de la couture. Plus seulement réservé aux bijoux, le diamant fut intégré dans des créations vestimentaires, où joailliers, lapidaires et couturiers collaboraient pour mêler tissus et gemmes. Les aristocrates et les reines adoptèrent ainsi des robes incrustées de diamants et d’autres pierres précieuses pour briller davantage en société.

En 1866, un adolescent nommé Erasmus Jacobs découvrit le premier diamant d’Afrique du Sud dans une rivière près de chez lui. Ce diamant, d'une taille impressionnante de 21.25 carats, fut nommé “Eureka”. Cette découverte eut un retentissement mondial, déclenchant cinq ans plus tard une véritable course aux diamants en Afrique du Sud. Ce pays devint alors le nouvel eldorado du diamant, une exploitation qui perdure encore aujourd'hui.

Les diamants historiques les plus prestigieux sont souvent désignés comme les "diamants de Golconde". Réputés pour leur finesse et leur pureté, les diamants de Golconde demeurent les gemmes les plus prisées et les plus pures de toutes.

En savoir plus sur la bague de fiançailles

La tradition de la demande en fiançailles avec une bague remonte à l'Antiquité, avec des racines profondes dans les cultures égyptienne et romaine. Les anciens Égyptiens considéraient le cercle comme un symbole d'éternité, échangeant des bagues pour sceller leur union. Ils croyaient que la veine de l'amour était située au quatrième doigt de la main gauche, directement reliée au cœur, d'où le choix de cet emplacement pour porter les bagues.

Les Romains, au 2e siècle avant J.-C., adoptèrent également cette tradition. Le marié offrait à la mariée un anneau en or à porter lors de la cérémonie des fiançailles et lors d'événements spéciaux, tandis qu'un anneau en fer était porté à la maison. Ces bagues étaient simples et la cérémonie n'avait alors rien de romantique, étant plutôt un signe de propriété.

Cependant, au Moyen Âge, cette coutume évolua vers plus de romantisme. Les couples aisés s'échangeaient des bagues luxueuses ornées de gravures de poèmes d'amour, ajoutant ainsi une dimension sentimentale à cette tradition ancestrale.

Qu’en est-il du diamant sur une bague de fiançailles ?

Marylin Monroe a très bien résumé l'attachement des femmes aux diamants avec sa célèbre citation : “Les diamants sont les meilleurs amis de la femme”. Cette affirmation était particulièrement vraie pour Marie de Bourgogne, qui, au XVe siècle, brisa les conventions en exigeant et en obtenant une bague en diamant, alors que cette pierre précieuse était autrefois réservée aux hommes.

Marie de Bourgogne, héritière exceptionnellement riche et convoitée, avait conscience de sa valeur et réclama une bague personnalisée sertie de diamants, ainsi qu'un anneau en or. L'Archiduc Maximilien d'Autriche répondit à son souhait en lui offrant une bague ornée de diamants formant un "M", qui pouvait symboliser à la fois "Marie" et "Maximilien", scellant ainsi un mariage puissant et heureux.

Depuis cet épisode, l'offrande de bagues de fiançailles en diamant est devenue une pratique répandue parmi la royauté, la noblesse et l'élite européenne. Ces anneaux privilégiés ont également introduit une variété de pierres précieuses colorées dans leurs bijoux, créant des pièces florales ornées de diamants, rubis, grenats, émeraudes et améthystes.

Vers 1880, après la découverte de vastes gisements de diamants en Afrique du Sud, l'achat de bagues de fiançailles en diamant est devenu une tendance incontournable. Des campagnes publicitaires massives ont incité les hommes américains à dépenser l'équivalent de deux mois de salaire pour prouver leur amour. À partir des années 1930, la bague de fiançailles en diamant est devenue un symbole populaire pour sceller la promesse d'un amour éternel.

Bague de fiançailles en diamant les plus célèbres de l’histoire

L’Impératrice Joséphine : Toi et moi

Le style de la bague de fiançailles “toi et moi” remonte à l’époque de l’impératrice Joséphine, qui a joué un rôle majeur dans la popularisation des diamants naturels. En 1796, Napoléon Bonaparte a demandé la main de sa première femme avec une bague de fiançailles “toi et moi”, où deux pierres, un saphir et un diamant, étaient disposées côte à côte. Cette disposition symbolisait la rencontre des deux amants, créant ainsi un lien émotionnel fort et durable.

Ce style de bague de fiançailles a été perpétué au fil des siècles, devenant emblématique grâce à des personnalités telles que Jackie Kennedy, Emily Ratajkowski ou Megan Fox. Joséphine a transmis sa bague de fiançailles emblématique à sa fille, perpétuant ainsi cette tradition au sein de la famille Bonaparte pendant plus de deux siècles.

En 2013, cette bague emblématique a été mise aux enchères par la maison de vente française Osenat lors de la vente “L’empire à Fontainebleau, les rendez-vous de l’histoire”, atteignant un prix de vente impressionnant de près de 950 000 dollars. Cette transaction illustre la valeur historique et sentimentale attachée à ces bagues “toi et moi”, qui continuent à fasciner et à captiver les collectionneurs et les amateurs de bijoux du monde entier.

Princesse Diana & Kate Middleton : Le célèbre saphir

La bague de fiançailles de la Princesse Diana demeure l'une des pièces les plus iconiques et les plus admirées au monde. Offerte par le Prince Charles lors de leur engagement en 1981, cette bague extraordinaire se distingue par un magnifique saphir ovale de 12 carats, magnifiquement encadré de diamants scintillants, le tout monté sur un anneau en or blanc. Créée par la prestigieuse maison de joaillerie britannique Garrard, cette bague marguerite est devenue un symbole emblématique de l'amour éternel, captivant l'attention du monde entier.

Lorsque le Prince William a fait sa demande en mariage à Kate Middleton en 2010, il a choisi de perpétuer l'héritage familial en offrant à sa future épouse la bague de fiançailles de sa défunte mère, la Princesse Diana. Ce geste poignant a ajouté une dimension sentimentale supplémentaire à cette bague déjà chargée d'histoire, soulignant ainsi l'importance de la tradition et de la continuité au sein de la famille royale britannique.

Grace Kelly : Le Diamant Cartier

La bague de fiançailles de Grace Kelly, offerte par le Prince Rainier III de Monaco en 1955, demeure une pièce remarquable de l'histoire du bijou. Conçue par la prestigieuse maison de joaillerie Cartier, cette bague en platine présente un diamant de taille émeraude impressionnant de plus de 10 carats, accentué par des diamants de taille baguette sur les côtés.

Ce bijou exceptionnel incarne le glamour et le prestige associés à la princesse Grace, qui est devenue une icône mondiale après son mariage royal. Estimée à plus de 4,7 millions de dollars, cette bague est désormais aussi légendaire que la princesse qui l'a arborée, témoignant de l'amour éternel entre Grace Kelly et le Prince Rainier III, ainsi que de leur union emblématique entre Hollywood et la royauté.

Jackie Kennedy : Van Cleef & Arpels

Lors de ses fiançailles avec John Kennedy, Jackie Onassis cherchait désespérément une bague qui lui conviendrait. Finalement, elle a découvert son bijou idéal chez Van Cleef & Arpels à New York : une bague ornée d'une émeraude taille émeraude de 2,84 carats, accompagnée d'un diamant taille émeraude de 2,88 carats, le tout encadré par une bande baguette en diamant. Ce bijou, de style art déco, reflète l'amour de la future première dame pour les émeraudes. 

En 1961, Jackie a ajouté environ deux carats de diamants à la bague en remplaçant les diamants baguettes par des diamants taille marquise, créant ainsi une couronne autour des deux pierres centrales. Aujourd'hui, cet anneau précieux fait partie de la collection de la Kennedy Presidential Library à Boston, conservant ainsi le souvenir de l'amour intemporel entre Jackie et John Kennedy.

Elizabeth Taylor, 1968

Elizabeth Taylor a reçu de Richard Burton un diamant de 69 carats, acheté auprès de la famille Krupp en 1968. Ce diamant taille Asscher de 33 carats, initialement propriété de la famille Krupp, était l'un des préférés de Taylor. Bien qu'offert quatre ans avant leur mariage, elle le portait souvent à son annulaire comme une bague de mariage.

Il a été vendu pour 8,8 millions de dollars lors d'une vente aux enchères par Christie's à un conglomérat sud-coréen.

Marilyn Monroe : une alliance rivière de diamants

Marilyn Monroe reçoit une magnifique bague éternité, un tour complet pavé de 35 diamants taille baguette. D’une simplicité et d’une beauté inégalées, elle reflète parfaitement la grâce de celle qui la porte. Joe Dimaggio a fait le bon choix : l'alliance éternité symbolise la pureté et l'amour éternel.

Pourtant, cette bague est devenue le symbole d'un mariage malheureux entre deux légendes vivantes. Elle incarnait le rêve d'un avenir harmonieux partagé par les deux, un rêve qui ne s'est jamais réalisé. Leur conte de fées a pris fin après seulement 274 jours. 

Partager ce contenu